Bien rédiger vos sms aux filles

Aujourd’hui, un nouvel article dans la série de ceux consacrés au « sms-game ».

Rédigez des sms beaucoup plus efficients grâce à ces quelques conseils.

Vous vous en êtes sans doute déjà rendu compte, le sms est un bon petit outil, mais si vous le maniez mal, il peut très facilement se retourner contre vous.

Les limites

En premier lieu, il faut que vous compreniez que si les choses sont mal embarquées avec une femme, vous ne pourrez probablement rien régler par sms.

Bien qu’il soient devenus un moyen de communication à part entière, ces petits messages de 160 caractères ne peuvent pas faire des miracles. Vous ne pourrez jamais y faire passer autant d’informations que par téléphone ou dans un échange en face à face.

Et le danger, c’est justement d’essayer de le faire en jouant sur des choses comme l’ironie ou le second degré, par exemple.

Le ton à employer

Surtout quand vous ne connaissez pas encore très bien la femme avec laquelle vous communiquez, essayez autant que possible de rester factuel dans vos messages.

Il faut transmettre des informations simples et à tout prix éviter qu’elle ne puisse les interpréter différemment.

Et ça, même si vous êtes très doué à l’écrit, que vous avez un sens de l’humour hors du commun ou que l’esprit de synthèse est votre fort.

N’oubliez pas que la destinataire, elle, n’a peut-être pas vos qualités et qu’elle pourrait bien tout prendre au premier degré ou interpréter les choses différemment.

Le maître-mot en matière de sms doit être la limpidité. Restez factuel et n’employez l’humour que si vous êtes absolument certain que vos mots ne pourront pas être détournés de leur sens comique.

L’état d’esprit

Ce qui rend le sms piégeux, c’est le problème de l’état d’esprit.

Quand vous téléphonez à une personne, vous entendez au ton de sa voix si elle va bien ou au contraire si quelque chose la préoccupe. Dans ce cas, vous pouvez décider de tenter l’humour si vous estimez que ce n’est pas trop grave. Mais dans certaines circonstances, vous pouvez sentir que ce serait inadapté.

Les messages ne vous permettent pas de ressentir l’état d’esprit de l’autre. Vous les envoyez en quelque sorte « dans le vide ».

Logiquement, vous pouvez parfois très mal tomber et ça même si elle n’est pas obligée de vous répondre directement.

C’est pourquoi j’ai tellement insisté sur le côté factuel du sms. Il complète les autres moyens de communication mais ne les remplace pas.

D’autre part, si vous songez à envoyer un sms parce que vous n’osez pas appeler, abstenez-vous et reconsidérez la chose quand vous vous sentirez plus en confiance.

Vous devez choisir le sms uniquement quand c’est le moyen le plus adapté aux circonstances. Je reviendrai là-dessus prochainement.

La forme

Tout tient, comme pour le sms, en quelques mots : il faut rester léger.

Par exemple, au début, je rechignais à employer les smileys. Je considérais ça comme puéril et plus féminin que masculin.

Puis, par esprit d’expérimentation, j’ai commencé à en inclure dans mes messages aux femmes.

Ça m’a permis de découvrir que finalement c’était une bonne chose…

Le plus intéressant avec les smileys, c’est justement qu’ils constituent un moyen de lever cette ambiguïté que peuvent porter les sms.

Et, objectivement, le fait d’en employer dans mes sms n’a rien changé à la façon dont elles me percevaient ensuite. Je n’étais pas vu comme immature ou moins viril parce que j’avais inséré un ou deux smiley dans le dernier sms.

Donc, je les ai adoptés (avec modération).

Mais je vous conseille quand même de ne pas en abuser. Certaines femmes – surtout les plus jeunes – ont tendance quant à elles à en truffer leurs messages à tel point que l’essentiel de la communication passe par ces signes plutôt que par les mots.

Ne tombez surtout pas dans ce travers et ne croyez pas qu’il faut vous adapter à son mode de communication pour qu’elle vous trouve « cool ».

Elle a sa façon de rédiger ses sms et vous avez la vôtre. Restez sur votre ligne et n’essayez surtout pas de l’imiter.

Ce qui compte, c’est que vous arriviez à vous comprendre.

Pascal

 

4 réponses

  1. tournesol

    ➡ Chaque mot compte, « c’est ben vrai ça… »
    Pour l’anecdote : « CE QU’Il NE FAUT PAS FAIRE »

    Pour lui dire faire comprendre que j’étais dans l’attente de mieux la connaitre, j’ai envoyé un SMS avec écrit : « J’ai hâte de te découvrir… » !
    Concomitant avec une soirée avec sa sœur, qui l’a bien conseillé, je ne comprends pas, elle n’a pas aimé… 😆
    ➡ « Flake » garanti sans facture ! 😥

    L’humour au 2° degré, ça ne marche pas… surtout en phase d’approche… !

Laisser un commentaire