Article de fond : une méthode pour obtenir le détachement. Vos résultats vont exploser !

Si je devais classer les qualités de l’homme séduisant par ordre d’importance, le détachement figurerait sans doute en première place.

Un physique agréable, une technique adaptée, une stratégie bien construite sont certes des éléments primordiaux, mais ils ne vous apporteront jamais tout ce que le détachement peut produire de positif.

À mon sens, seule une autre qualité peut rivaliser : la confiance en soi.

En fait, c’est plus exactement ce duo confiance en soi – détachement que vous devriez chercher à cultiver autant que vous le pouvez.

Pourquoi la confiance seule n’est pas suffisante

Imaginez-vous disposer d’une confiance en vous inébranlable.

Aborder une femme ne vous pose aucun problème.

Quand vous prenez les devants, vous ne vous posez aucune question avant d’agir.
Vous jugez, vous décidez en une seconde et dans l’instant d’après, vous êtes à côté d’elle en train d’engager la conversation.

Dans votre esprit, il n’y a pas de place pour le doute :
Une femme que vous estimez intéressante devrait être ouverte à votre approche parce que vous avez conscience que celle-ci n’est rien d’autre qu’un processus naturel.

Depuis que le monde existe, les hommes approchent les femmes qu’ils trouvent à leur goût et c’est même grâce à cela que l’humanité s’est perpétuée jusqu’ici.

D’autre part, vous savez que les qualités dont vous disposez ont toutes les chances d’attirer l’attention de celle que vous avez élue au rang de vos potentielles.

Vous êtes conscient de vos qualités et votre seule préoccupation, c’est de les projeter en l’espace d’un instant : celui de l’approche.

Comme vous êtes intimement persuadé de ces choses, vous n’envisagez pas que l’approche puisse mal se passer.
Une femme belle et attirante est forcément une femme qui est à l’aise avec le processus de séduction.

Elle aime être draguée et il n’y a dès lors aucune raison pour qu’elle réagisse négativement.

L’état d’esprit de la confiance en soi, c’est exactement ce que je viens de décrire.

La bonne nouvelle, c’est que toutes les suppositions que j’ai incluses dans cette description sont vraies… la plupart du temps.

Mais la réalité est aussi beaucoup plus complexe et les choses ne se passent pas toujours d’une manière aussi fluide et positive.

Parfois, en Cold approach (approche « froide », c’est-à-dire le fait d’aborder une femme que vous ne connaissiez pas avant), d’autres éléments entrent en ligne de compte.

Des éléments que vous n’êtes pas en mesure de maîtriser et que vous ne pouviez pas connaître avant l’approche.

Par exemple, cette femme vient de se marier la semaine dernière et est follement amoureuse.
Ou encore, elle a des a-priori extrêmes et ne conçoit absolument pas qu’une rencontre puisse se faire dans les circonstances où vous l’avez abordée.

Si c’est le cas, vous vous prendrez très probablement un râteau et elle ne vous laissera même pas une chance de démontrer quoi que ce soit : le rejet sera immédiat et inconditionnel de sa part.

En admettant que votre confiance en vous soit énorme mais que vous ne disposiez pas du même degré de détachement, pendant combien de temps pourrez vous conserver votre degré de confiance ?

Est-ce qu’une approche négative la mettra à mal ?

Sans doute pas.

Mais si vous aviez de la malchance et que plusieurs cibles d’affilée sont dans le même état d’esprit, il est fort probable que votre niveau de confiance commence à baisser…

Et là, vous mettez le pied dans un cercle vicieux.

La solution : développer en même temps une autre qualité

C’est bien pour cela que je vous ai parlé du duo confiance – détachement.

Le détachement vous permettra de ne pas être affecté par les événements au niveau de votre confiance en vous.

De la même manière que je vous ai décrit l’état d’esprit de la confiance, on pourrait expliquer celui du détachement.

Tout d’abord, le détachement doit être compris comme le détachement émotionnel vis-à-vis du résultat.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que si tel n’était pas le cas, on pourrait croire qu’être détaché veut dire n’accorder aucune importance à l’ensemble du processus de séduction.

Or, dans cette optique, le détachement ultime serait de ne plus aborder du tout…

Vous voyez bien que ce n’est pas de ce type de détachement dont je veux parler.

Non, le détachement que vous devez acquérir et développer est celui qui consiste à n’accorder aucune importance au résultat de vos actions.

Si vous approchez une femme, vous devez arriver à le faire avec le même degré d’envie tout en trouvant la force mentale de ne pas viser exclusivement le résultat.

Voilà qui nous ramène au concept de l‘inner-game.

Quand vous allez à la rencontre d’une femme, vous devez donc arriver à le faire en conciliant plusieurs éléments :

  •  L’envie de le faire dans l’optique finale de vous assurer une vie sexuelle conforme à ce que vous désirez au fond de vous
  • L’état d’esprit empreint d’une confiance en vous solide
  • La conscience de ce que vous ne disposez jamais de tous les leviers pour susciter une réaction obligatoirement positive
  • L’acceptation de ce que le résultat final est soumis à une forme d’incertitude qui ne remettra pas en cause votre perception de vous-même

Les deux derniers points constituent ce fameux détachement du résultat.

Est-ce valable seulement à l’approche ?

Tout ce que je viens de décrire ne s’applique pas seulement dans la phase d’approche.

Il y a beaucoup d’autres moments dans le processus de séduction où disposer de détachement vous permettra de faire la différence.

D’ailleurs, avec de la pratique, vous constaterez que souvent tout se passe comme si les femmes cherchaient par leur comportement à tester cette qualité chez vous.

Ce n’est pas un hasard.

Biologiquement, une femme est programmée pour sélectionner l’homme avec lequel elle envisage une relation sur base de critères qui sont essentiels pour s’assurer de la qualité de celui-ci.

De notre côté, les choses ne sont pas fondamentalement différentes.
Si nous sommes attirés par certaines caractéristiques physique (pour ne citer que cet aspect-là des choses), ce n’est pas non plus étranger à nos fondements biologiques de mâles.

Ce qui diffère quelque peu dans le comportement des deux sexes à ce niveau, c’est le fait que les critères importants pour la femme sont physiques d’une part, mais surtout comportementaux, tandis que ceux de l’homme tendent à être  essentiellement physiques.

En raison de cette différence dans nos critères respectifs, une femme a besoin de plus de temps pour déterminer si vous avez ou pas les qualités nécessaires pour qu’elle puisse vous considérer comme un partenaire sexuel potentiel.
De votre côté, vous aurez déjà jugé des siennes bien avant cela…

Ça, c’est pour l’explication au niveau strictement biologique.

On pourrait y rajouter la dimension induite par tout ce qui touche au conditionnement sociétal.
Mais comme la différence de comportement entre les sexes n’est pas modifiée mais renforcée par cet aspect du conditionnement sociétal, je ne vais pas m’y attarder.
Cela ne changerait rien à la démonstration, sinon de lui donner encore plus de force…

Tout ceci explique pourquoi votre détachement sera évalué – et sans doute testé – à quasiment toutes les étapes avant d’arriver au sexe.

Autant vous y faire tout de suite et vous armer du mieux que vous le pouvez en conséquence…

Une méthode pour accroître votre détachement

En réfléchissant de manière plus approfondie à la question ces derniers mois, j’ai mis au point une technique destinée à renforcer ce détachement.

C’était nécessaire parce que le détachement du résultat est quelque chose de relativement difficile à travailler.

Comme souvent, la pratique aide beaucoup et le fait de rencontrer de nombreuses femmes tout en connaissant quelles échecs vous fera progresser.
Mais je me suis dit aussi que l’on pouvait raccourcir ce processus d’apprentissage par l’expérience en élaborant une méthode qui permettrait d’acquérir des résultats plus rapides.

Dans un premier temps, j’ai mis au point ce système et je l’ai appliqué rigoureusement.

Et j’ai pu constater qu’il donnait bel et bien des résultats sur le détachement.

Comme je suis un égoïste, j’ai d’abord pensé à le garder pour moi seul.

Je plaisante, bien sûr…

Mais dans sa forme, je trouvais ce concept assez basique je ne voulais pas – compte tenu de son importance – qu’il passe inaperçu dans un billet trop court.

Il me fallait donc l’intégrer dans un article de fond, ce que je fais aujourd’hui.

Description de la méthode :

Le principe de base est le suivant. (Lisez et relisez si nécessaire ces explications. Elles sont très importantes)

Dans toutes vos relations avec les femmes (que j’appelle les cibles puisque nous sommes dans une optique de séduction et de drague), vous devez considérer celles-ci non plus au travers de vos attentes ou de votre ressenti (feeling) du moment, mais seulement en fonction de leur position sur un tableau.

Les lignes de ce tableau sont numérotées.

Les numéros en question doivent être lus comme l’indicateur d’importance ou de priorité.

Cela veut dire que vous devez vous en remettre totalement à ce tableau pour décider de la conduite à tenir avec une femme en particulier.

Il ne sera plus question de conserver un libre-arbitre total dès lors que vous appliquerez cette méthode.

Une femme que vous insérerez dans le tableau n’aura plus à vos yeux qu’une importance égale au chiffre de la ligne sur laquelle elle se trouve et rien de plus.

Il ne sera pas question de la considérer comme plus ou moins importante à vos yeux en fonction d’éléments dont vous seul pourrez décider :

Le tableau le décidera pour vous et vous indiquera quel est le degré de priorité qu’elle doit avoir par rapport aux autres femmes avec lesquelles vous interagissez dans une optique de séduction.

De votre côté, votre seule tâche sera d’ajouter un maximum de femmes à ce tableau.

Vous aurez donc compris qu’il s’agit d’un jeu sans fin.
Il faudra toujours aller à la rencontre de nouvelles filles et ne jamais vous contenter d’un tableau vide ou qui ne comporterait qu’une seule femme.

Ceci fait bien entendu partie de la méthode. 

De cette manière, vous éviterez tous les dangers inhérents au fait de vous contenter de draguer une cible unique et de vous focaliser sur elle seule.

Et même si à un moment donné vous n’avez qu’une seule femme dans ce tableau parce que le temps vous a manqué pour en séduire d’autres, par exemple, vous n’aurez plus à vous poser de questions sur elle :

Le tableau vous indiquera un chiffre et ce sera là la seule réponse valable pour déterminer quelle doit être la « valeur » ou les espoirs que vous pourrez mettre dans cette rencontre.

Le but est de rationaliser au maximum la phase de séduction pour en extraire toute dimension purement émotionnelle.

Vous serez protégé autant que faire se peut du Oneitis et même de toute tendance à devenir needy.
Et croyez-moi, cela ne peut faire que du bien à votre pourcentage de succès…

Une dernière chose : comme je pratique essentiellement la drague de rue, le tableau a été pensé en ce sens.
La condition de base pour qu’une fille puisse l’intégrer est que je dispose du numéro de téléphone de celle-ci.

Si de votre côté, la drague de rue n’est pas votre tasse de thé, cela ne change pas fondamentalement les choses.

Vous devrez aussi n’y placer que celles dont vous avez les coordonnées qui vont vous permettre de la revoir.

En-dessous de ce tableau, il y a donc les femmes que vous ne connaissez pas encore et celles qui ne vous ont pas laissé le moyen de les recontacter.

Si vous voulez commencer à appliquer ce système avec certaines d’entre-elles (par exemple celles que vous côtoyez et envisagez de draguer dans votre cercle social), il ne vous reste qu’à leur demander leur numéro…
Tant que ce n’est pas chose faite, elles ne sont encore rien du tout et il ne faut même pas chercher à leur appliquer une quelconque méthode.

À bon entendeur…

Mais assez parlé, voici ce tableau :

0Problème divers du type gratteuse, lapin ou numéro qui ne répond pas
1Numéro tangent (rappelé sans rencard obtenu, càd refus ou pas de disponibilité commune trouvée pour l’instant)
2Numéro obtenu simple (pas encore rappelé)
3Numéro validé solide (fille qui rappelle elle-même ou phone-game sans rencard proposé)
4Rencard 3  simpleZONE DU FLAKE

(Retour à la ligne 2 si Flake)

5Rencard 3 Kissclose
6Rencard 3 Flirt
7Rencard 1, 2 programmé
8Rencard 3 Flirt poussé
9Rencard 2 simple
10Rencard 2 Kissclose
11Rencard 2 Flirt
12Rencard 1 simple
13Rencard 1 Kissclose
14Rencard 1 Flirt
15Rencard 2 Flirt poussé
16Rencard 2 Blowjobclose
17Rencard 1 Flirt poussé
18Rencard 1 Blowjobclose
19Rencard 2 Fuckclose
20Rencard 1 Fuckclose

 

Remarques :

  • Le nombre maximum est « Rencard 1 Fuckclose » et non pas « Rencard 2, 3 Fuckclose ».
    La note reflète donc un statut acquis par la nana prenant en compte à la fois la progression globale et la rapidité de celle-ci.
  • J’ai ajouté en orange une zone qui matérialise les moments où un flake est le plus susceptible d’intervenir.
    Bien sûr, un numéro qui ne répond pas peut aussi être considéré comme un flake. Cependant, à ce stade, j’ai préféré le classer en ligne « 0 ».
  • Cette ligne « 0 » est celle dans laquelle vous pourrez constituer votre « liste de rappel » comme expliqué ici.
    Vous décidez vous-même de la constitution de cette liste de rappel.
    Par exemple, vous pouvez comme moi considérer qu’un lapin posé interdit le placement dans cette liste et conduise à effacer le numéro.
    Je laisse ceci à votre appréciation, même si vous feriez mieux de suivre ma façon de faire…
  • Les flakes qui interviennent dans la zone orange doivent conduire à une rétrogradation immédiate à la ligne « 2 ».
  • Pour ceux qui ne comprennent pas tous les termes, voici une brève explication :
    Gratteuse : voir ici
    Rencard simple : rencard avec kinos et sexualisation mais sans plus
    Kissclose : embrasser la fille
    Flirt : je dois vraiment vous l’expliquer ?
    Flirt poussé : idem…
    Blowjobclose : je le distingue du Fuckclose parce que celui-ci ne concerne que le strict rapport sexuel (sucer n’est pas tromper, comme dirait l’autre…)
    Fuckclose : rapport sexuel à proprement parler

Vous pouvez aussi voir que je ne parle pas des rencards au-delà de 3.
Ceci s’explique par le fait qu’habituellement, il n’est jamais bon d’aller au-delà du rendez-vous N°3.
Pour décider au bout de combien de rencards vous lâchez l’affaire, il faudra vous baser sur le nombre de ces rendez-vous mais aussi sur la progression que vous observez.
Si l' »escalade » vers le sexe est lente mais réelle, vous pouvez en faire plus (avec une limite quand même…).
Si vous ne progressez pas, laissez tomber plus rapidement.
Pour ma part, je ne vais plus au-delà de 3 sans être arrivé à avoir une relation sexuelle.
Et je vous rappelle que je choisis de fonctionner sur un système en 2 rencards. Cela veut donc dire que je ne laisse qu’une marge faible avant de passer à la suivante…

Pour ceux qui font des instant-dates, vous pouvez considérer celui-ci comme un premier rendez-vous et utiliser le même tableau.

Bon, je pense avoir fourni suffisamment d’explications.
De toute façon, je répondrai à toutes les questions qui pourraient encore se poser dans les commentaires.
N’hésitez donc pas si nécessaire.

Et surtout, rappelez-vous que cette méthode vous aidera à acquérir du détachement en plus de vous protéger dans une certaine mesure du Needysme et du Oneitis.

C’est donc un vrai plus dans votre stratégie de séduction.

Pascal

5 réponses

  1. lkc

    La j’arrive a obtenir des num juste en allant voir des fille et leurs demandant tout simplement (direct game lol) , as tu des conseils ou un article pour programmer un rendez vous par téléphone ?

Laisser un commentaire